Podcast original de fiction 

Suivre Marguerite B. sur      &

  • Instagram
  • Facebook
Marguerite B - 19 boulevard Bouillon_ mini.png

crédits : 19 boulevard Bouillon

©

Marguerite B.

"Marguerite B." est une fiction sonore tournée en studio et en décors naturels. 

L'héroïne, Marguerite est bibliothécaire, et agent double au service... de l’Art !
40 bougies tout juste soufflées, trois enfants, trois ex-maris, une gouaille
incomparable, Marguerite bourlingue entre épreuves physiques et aventures
rocambolesques, ouvertures de failles spatio-temporelles et rencontres avec
les défunts. Accompagnée de son chat Hercule, elle est prête à tout pour
poursuivre sa mission : sauver de l’oubli ou de l’incompréhension, artistes et
lieux de patrimoine.

Pour la première saison, Marguerite se rend à l’église de l’Annonciation à Nice, pour le compte de la bibliothèque où elle officie. Mais rien ne se passe comme prévu. Elle est embarquée dans un voyage réalistico-imaginaire, imprégné de la vie et de l’œuvre de Sainte-Rita et Yves le Monochrome, et qui se dessine en miroir de notre époque contemporaine. Avec ces trois-là, c’est l’histoire d’une transformation matérielle et spirituelle. Une forme d’alchimie où l’on côtoie des saint-martyrs, des courants d’air et un chat bleu.

// 19 juillet 2021

Sortie à Nice

Point de vue IGN signe.png

// 19 septembre 2021

Sortie nationale

a l oreille.png

Découvrir les épisodes en exclusivité : 

Saison 1 : "Marguerite B. et les miracles bleus" 

Épisode 1 : " TRANSMISSION "

« Marguerite. Vous avez l’enveloppe avec vous ? Surtout, ne l’ouvrez pas ».

C’est l’émeute dans le Vieux-Nice ! Marguerite et Hercule se réfugient dans l’église de l’Annonciation, aidés dans leur folle course, par une inconnue, qui leur confie une mystérieuse missive. Dans l’église baroque, ils font la connaissance de Saint-Erasme et de Sainte-Rita, quand survient un appel…

 

Les coulisses : 

1/6

crédits : 19 boulevard Bouillon

©

Scénario : Jossia Clément, Gaïdig Lemarié et Ilia Osokin

Réalisation : 19 boulevard Bouillon

Composition musicale : Ilia Osokin

Conseillère en histoire de l'art : Gaïdig Lemarié

Bruitage : 19 boulevard Bouillon

Équipe technique : 19 boulevard Bouillon

Voix : Jeannette Dubeaujard (Marguerite B.), accompagnée de Jossia Clément, Clarisse Debrabant, Julie Milone, Ilia Osokin, Élodie Tampon-Lajariette et Daniela Zone.

Partenaires :

L'église de l'Annonciation de Nice, le MAMAC - Musée D'Art Moderne et d'Art Contemporain de la ville de Nice , la librairie "Les parleuses" et la Ville de Nice.

Remerciemements :

Raphaël Debrabant, Lélia Decourt, Hélène Guenin, Julien Paulian,  le Père Patrice Véraquin et La cie B.A.L.


Avec le soutien de la Ville de Nice et du MAMAC.
 

Durée d'écoute : 4 épisodes de 6 à 10 min chacun. 
Tous publics


Création 2021

Glossaire du monde de Marguerite B.

Au cours de la saison 1, vous allez découvrir : 

Hercule :

Acolyte de Marguerite, Hercule est un chat à forte stature. Avec son pelage de lion, il est capable de hauts faits pour sauver de l’oubli ou de l’incompréhension, les artistes et les lieux de patrimoine.

Sainte-Rita :

Rita Mancini nait le 22 mai 1381 dans le village de Roccaponera en Ombrie. Elle incarne la résistance à la violence et l’intolérance, dans un contexte de luttes intestines et de vendetta qui ont entrainé la mort de son mari et de ses deux fils. Elle aussi le symbole de l’espérance, parvenant malgré les nombreux obstacles, à intégrer le monastère des sœurs augustines pour pouvoir consacrer sa vie à Dieu. A Nice, dont le culte à Sainte-Rita a débuté en 1935, au sein de l’église de l’Annonciation, elle continue d’être la dépositaire des causes perdues et désespérées.

Le miracle de la rose :

Dans la vie et l’œuvre spirituelle de Sainte-Rita (1381-1457), la rose est le symbole de l’espérance. Au seuil de sa vie, qu’elle a entièrement consacré à l’amour de son prochain, Rita de Cascia fait éclore en plein hiver, dans son jardin natal, une rose éclatante et odorante. 

Prière à Sainte-Rita :

D’origine niçoise, l'artiste Yves Klein (1928-1962) vénérait Sainte-Rita (1381-1457) dont le culte est célébré dans l’église de l’Annonciation. Il lui a même rendu visite à Cascia, dans l’Ombrie, où le corps de la sainte est conservé intact dans son monastère d’origine. Plusieurs années après la mort de Klein, les moniales ont découvert, par le plus grand des hasards, un ex voto fabriqué par l’artiste, contenant du pigment bleu et rose, des feuilles d’or, et une prière adressée à la sainte : « Protège toujours tout ce que j’ai créé pour que, même malgré moi, ce soit toujours de grande beauté ».

L’architecture de l’air :

Yves Klein rêvait d’une œuvre à la dimension du monde : immense, sans fin, immatérielle. En collaboration avec l’architecte Claude Parent, il conçoit ainsi, à la fin des années 1950, une ville utopique composée de murs d’eau, de fontaines de feu et de toits d’air. Libérés de toute frontière et pesanteur, ses habitants concourent à l’avènement d’une société nouvelle où la conscience de l’espace se veut permanente.

Les anthropométries :

Crées par Yves Klein en 1960, les « Anthropométries » font danser les corps nus, recouverts de peinture bleue, sur l’espace de la toile. Par cette empreinte, la chair périssable est ainsi transmuée en une trace pérenne qui s’ouvre sur les profondeurs de l’invisible et le mystère de l’Incarnation.

S'abonner pour recevoir les épisodes suivants :

Merci et à très bientôt !